27 czerwca 2014
Histoire de Katowice
La première mention de Katowice datant de 1598 figure dans les livres de l'abbé Kazimierski, inspecteur de la paroisse de Bogucice. L'histoire de la ville se confond avec celle de quelques hameaux paysans slaves des XIV e et XVI e siècles ainsi qu'avec ce
​​​​​​​​
La première mention de Katowice datant de 1598 figure dans les livres de l'abbé Kazimierski, inspecteur de la paroisse de Bogucice. L'histoire de la ville se confond avec celle de quelques hameaux paysans slaves des XIV e et XVI e siècles ainsi qu'avec celle des forges de fer qui donnèrent leurs noms aux quartiers d'aujourd'hui. Ces dernières, implantées dans des lieux de gisements peu profonds de minerais de fer, décidèrent du développement de l'industrie sur ce terrain jusqu'ici couvert de forêts vierges et de marécages, coupés par de nombreuses rivières. Naturellement, ces forges aggloméraient toujours plus de population et elles sont à l'origine de la ville d'aujourd'hui. Située au bord de la rivière Rawa, la forge de Bogucice eut sa première mention en 1397 et figure parmi les plus anciens établissements de ce genre en Pologne. Elle fut en service jusqu'au XVIII e où sont apparus les hauts fourneaux. Outre la Forge de Bogucice, dans la région fonctionnaient trois autres établissements semblables à Zaleze, Szopienice et Rozdzien. A ce dernier est lié Walenty Rozdzienski, auteur d'un poème intitulé "Officina ferraria". Quelques autres quartiers de Katowice ont l'origine similaire.
Pourtant, le plus ancien des quartiers de Katowice est Dab, mentionné en 1299. Ce domaine appartenait pendant quelques siècles au cloître de l'Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem de Miechów.
L'étymologie du nom de la ville n'est pas facile à établir. Probablement, il dérive du nom (ou surnom) du premier colon: un certain Kat. Une autre dérivation possible peut venir du mot "katy": une appellation donnée aux hameaux des cultivateurs qui défrichaient la forêt et transportaient le bois à la forge de Bogucice.
Au milieu du XVIe siècle des colons cultivateurs peuplèrent les terres attribuées aux forgerons. Vers 1580 un forgeron de Bogucice nommé Andrzej fonda sur ses terres un village appelé Katowice, cité dans un procès-verbal d'une inspection faite à la paroisse de Bogucice en 1598 et désigné comme "villa nova". Les cultivateurs et les forgerons coexistèrent à travers les siècles suivants.
La construction d'une voie ferrée berlinoise (1948) aboutissant à Myslowice accélera le développement du village de Katowice. Pourtant, c'était la reprise du domaine par la famille Winckler qui marqua un tournant dans l'histoire de la ville. L'industrialisation rapide de la région et l'extension de voies de transport favorisaient l'urbanisation du village.
La population, surtout non agricole, augmentait vite et de plus en plus d'habitants souhaitaient la transformation du village en ville. Katowice doit ces changements à de tels personnages que Friedrich Grundmann, administrateur du domaine des Tiele et Winckler ainsi que Richard Holtze, médecin. Leur objectif principal se réalisa le 11 septembre 1865, jour de la signature d'un acte attributif des droits municipaux pour Katowice. Peu après la ville de Katowice reçut les statuts de powiat (district). A l'époque de la gestion de Grundmann on construisa une première édifice imposante d'une église protestante dans la rue Warszawska (1856-58), puis une église Notre-Dame néogothique dans la rue Mariacka (1870), un cloître et un hôtel des religieux hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu, un cloître et un orphelinat des religieuses de Sainte-Edwige et une église Saint-Stéphane de Bogucice. En 1889 un consortium industriel dynamique Kattowitzer Aktien-Gesselschaft s'implanta à Katowice. Plusieurs banques le suivirent. A partir de 1742, et notamment au XIX e siècle, la Prusse et Katowice y rattaché par suite du partage de la Pologne connurent une industrialisation importante comprenant surtout des fonderies et des mines. Vers la fin de ce siècle plusieurs organismes apparurent qui relancèrent économiquement cette capitale régionale:Union des Industriels Miniers et Métallurgiques, compagnies minières, Direction Nationale des Postes, Tribunal d'Arrondissement, Direction des Chemins de Fer de la Prusse.
Au début du XX e siècle la ville de Katowice se dota d'un Théâtre Municipal, bâti dans les années 1905-1907 d'après le projet de l'architecte de Cologne Karl Moritz, dont la façade donnait sur la Place du Marché. Le nouveau siècle apporta à la ville une troisième gare ferrovière, conservée jusqu'à présent, mais désaffectée. La Grande Guerre ne causa pas de dégâts dans la ville mais, par contre, un épanouissement de l'industrie et une conjoncture, surtout pour la sidérurgie. La guerre avait épargné ses hostilités à la population dont la participation massive à trois insurrections silésiennes dans les années 1919-1921 et au plébiscite décida du rattachement de Katowice à l'état polonais ressuscité (20 juin 1922). Peu après, la ville devint capitale d'une voïvodie autonome de Silésie, siège de la Diète de Silésie et de la Commission Interalliée de Haute-Silésie.
Les années de l'entre-deux-guerres furent une période de développement dynamique. Ce centre industriel privincial de la Prusse se transforma en chef-lieu de la région la plus riche de la Pologne. En 1924 y eurent leurs sièges 53 banques, 14 missions diplomatiques et plusieurs consortia internationaux. L'afflux de capitaux contribua à l'émergence de nouvelles édifices et nouveaux quartiers (notamment dans le sud), de cités de villas luxueuses et de constructions sacrales monumentales. Un aéroport moderne de Muchowiec établit une liaison régulière avec Varsovie à partir de 1926.
En septembre 1939 l'armée polonaise s'était retirée de Katowice mais des accrochages d'ampleur inconnue entre les troupes régulières allemandes et les scouts polonais eurent lieu aux alentours de la Tour de Parachutage dans le Parc Tadeusz Kosciuszko. Le 8 septembre toute la Haute-Silésie fut incorporée au III e Reich. A l'époque les nazis incendièrent une édifice inédite de la synagogue dans la rue Mickiewicza et démolirent le bâtiment du Musée de Silésie (jusqu'à présent non reconstruit).
Après 1945 la ville reprit son importance d'autrefois de centre industriel et administratif. Pour trois ans la ville changea de nom pour celui de Stalinogród (1953-1956). La ville renforça sa position de centre scientifique et culturel. Katowice devint une ville universitaire. De grandes cités-dortoirs et quelques bâtiments remarquables furent construits.
A l'heure actuelle, la ville de Katowice est un leader d'investissements à l'échelle régionale et nationale. Elle est entrée au XXI e siècle munie d'un potentiel immense et des changements profonds sont manifestes à chaque pas. Dès le rétablissement de la démocratie locale en 1990, cette métropole rompe avec son passé industriel et construit sa nouvelle identité.